Nouvelles

25/04/2017

La campagne : 'la Belgique, autrement phénoménale' démarrée avec ... les frites belges !

Dans le cadre du lancement de la campagne «La Belgique, autrement phénoménale », les autorités fédérales organisent un événement pop-up ce mercredi 26 avril 2017 afin de mettre en avant une des 99 raisons de visiter la Belgique ou d’y investir.

Un food truck frites sera présent ce jour-là de 12h à 14h sur l’esplanade du Centre de presse international - Résidence Palace (rue de la Loi 155, Bloc C, 1040 Bruxelles) et servira gratuitement des frites avec de la mayonnaise aux invités. Typiquement belge !

Les frites figurent en effet parmi les 99 raisons citées dans la campagne pour visiter la Belgique ou y investir. Les frites et la Belgique : unies à jamais. Cette spécialité fait partie intégrante de la gastronomie et du patrimoine culturel belges. Les friteries sont légion en Belgique.

Dans un pays comme la Belgique, où il fait bon vivre et où les tables sont garnies de bonnes choses, il va de soi que l’industrie alimentaire et l’industrie de transformation sont d’une grande importance. Ces industries constituent l’une des grandes forces motrices de l’industrie belge, dont le développement ne cesse de croître. Elles propulsent la qualité, la diversité et le caractère innovant sur le devant de la scène. Ce n’est pas pour rien que www.food.be, le site internet qui centralise tout ce qui concerne l’industrie alimentaire, a choisi « Small country. Great food. » comme slogan. FEVIA, la Fédération de l’industrie alimentaire belge est un des partenaires de la campagne des autorités fédérales. Elle représente 28 secteurs et 637 entreprises qui produisent des boissons et des produits alimentaires innovants et de qualité.

La Belgique se situe au coeur de la zone de culture idéale de pommes de terre. Avec une production moyenne avoisinant les 45 tonnes par hectare grâce aux conditions de culture parfaites et à  l’expertise dans la chaîne de la pomme de terre, ce n’est pas un hasard si notre pays s’est élevé au rang de plus grand exportateur de frites (surgelées) au monde. Ces frites belges, souvent produites dans des entreprises familiales prospères, sont précuites avant d’être consommées aux quatre coins de la planète. Chaque année, ce sont environ 3,5 millions de tonnes de pommes de terre qui sont transformées dans notre pays en frites, en purées, en chips ou en flocons. La Belgique compte quelque 7 000 cultivateurs de pommes de terre.

Selon une récente étude, un quart de la population belge se rend chaque semaine à la friterie et 95 % des Belges se laissent tenter au moins une fois par an. Plus de 60 % consomment des frites au moins toutes les semaines. La Belgique dénombre quelques 5 000 friteries.

Les frites sont encore meilleures accompagnées d’une sauce. La mayonnaise est en tête du hit-parade (40 %), suivie de la sauce de carbonnade (32 %), de la tartare (13 %), du ketchup (9 %) et de l’andalouse (7 %).

 


21/03/2017

La transformation belge de la pomme de terre clôture l’année record 2016 et continue à investir dans l’avenir.

2016 a été une année record absolue pour le secteur belge de la transformation de la pomme de terre. Telle est la conclusion de Belgapom, qui représente le négoce et la transformation belges de la pomme de terre.

Le fait que ce secteur de l’industrie alimentaire qui se distingue par sa forte expansion ait transformé 4,4 millions de tonnes de pommes de terre (+11% par rapport aux 3,97 millions de tonnes en 2015), fixant ainsi un nouveau record, n’a rien d’étonnant en soi, mais jamais la hausse n’a été plus importante par rapport à l’année calendrier précédente.

La production de frites surgelées (1,68 million de tonnes, +14,3% par rapport à 2015) a connu la plus grande progression, mais la production de frites réfrigérées (234.700 tonnes, +3,5 %) et d’autres produits (chips, produits à base de purée, flocons, … 468.513 tonnes, +1,7%) a également progressé.

La hausse du volume des frites surgelées n’est pas surprenante sachant que la transformation belge de la pomme de terre exporte 80% de sa production totale, dont une partie croissante s’exporte vers des pays tiers partout au monde.

Par ailleurs, ce secteur qui a réalise un chiffre d’affaires de 1,55 milliards d’euros en 2016 occupe 4.115 travailleurs, ce qui représente également une augmentation considérable par rapport à 2015 (3.537 travailleurs).

La confiance en l’avenir du secteur s’exprime clairement dans les investissements qui ont atteint des valeurs record depuis le début des observations annuelles en 1995 : pas moins de 310 millions d’euros (+85% par rapport à l’année record précédente 2015) ont été investis en innovations quantitatives et qualitatives au sein du secteur, composé principalement d’entreprises familiales.

Croissance durable

En 2014, le secteur belge de la pomme de terre a lancé un projet de ‘croissance durable’ : en concertation avec l’ensemble de la filière et en collaboration avec plusieurs institutions de recherche belges, différentes innovations ont été introduites en vue d’une production durable de pommes de terre et de produits à base de pommes de terre. L’outil ‘watchITgrow’, qui vient d’être lancé, offre une assistance aux producteurs et aux acheteurs leur permettant d’augmenter la production de pommes de terre d’une manière durable.

Conjointement avec le SPF Santé publique et l’AFSCA, différents projets sont mis en œuvre dans le but d’éviter ou, le cas échéant, de lutter contre les organismes nuisibles.

Nous continuons également à travailler intensivement à d’autres projets tels que Bintje Plus et Reskia, visant une réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires.

La récente mise à jour de l’étude BAT (meilleures techniques disponibles en matière de mesures environnementales dans le secteur PFL en Flandre) ainsi que la révision actuelle de l’étude BREF (BAT européennes) démontrent que nos entreprises belges servent d’exemple au niveau mondial.

Menaces

Malgré son essor, notre secteur est également confronté à des menaces.

‘Small country, great food’, tel est le slogan de la campagne Food.be qui entend stimuler l’exportation des produits alimentaires belges.

Celle-ci est cependant menacée par des réflexes protectionnistes qui prennent le dessus partout dans le monde. La filière belge (et européenne) a ainsi été confrontée, à tort, aux mesures anti-dumping décrétées par les autorités sud-africaines et brésiliennes. La Commission européenne, compétente en la matière, avait pourtant détecté de nombreuses lacunes dans la procédure. Apparemment, le mandat et les moyens dont dispose la Commission s’avèrent insuffisants que pour intervenir d’une manière adéquate dans les procédures de l’OMC.

Il nous semble prioritaire que la filière belge (et européenne) de la pomme de terre soit prise au sérieux par les départements compétents de la Commission européenne afin de permettre une défense plus efficace des intérêts du secteur.

Force est de constater que la culture de la pomme de terre évolue de plus en plus d’une ‘culture complémentaire’ vers une ‘culture principale’ pour une grande partie des agriculteurs européens.

Les chiffres récents du secteur de l’agro-fourniture démontrent également que les entreprises actives dans la filière de la pomme de terre sont devenues des acteurs de premier plan. Raison de plus pour Belgapom de poursuivre ses efforts par rapport à la croissance durable dans l’intérêt de l’ensemble de la filière de la pomme de terre, sans oublier de saisir chaque opportunité pour faire la promotion de la culture de la pomme de terre dans les pays émergents.

Promotion des ‘Belgian fries’ en Asie du Sud-Est

Il y a quelques années, Belgapom a lancé le personnage de James Bint (with a licence to fry). Dans sa qualité d’ambassadeur par excellence des ‘Belgian fries’, il fait la promotion de la frite belge au niveau mondial, ainsi que de la culture du ‘fritkot’ – reconnue comme patrimoine immatériel par les communautés flamande et française.

Le VLAM lancera prochainement une campagne de promotion au Vietnam, en Malaisie, en Indonésie, en Thaïlande et aux Philippines afin d’y introduire les ‘Belgian fries’. Ces pays connaissent principalement les ‘French fries’ servies par les chaînes de fast food nord-américaines. Cette campagne a pour objectif d’y faire apprécier les ‘original Belgian fries from the heart of Europe’ par la classe moyenne toujours croissante. Cette campagne dotée d’un budget de 3 millions d’euros répartis sur trois ans est soutenue par la Commission européenne et l’APAQ-W. Elle sera organisée en collaboration avec 5 fabricants belges de produits à base de pommes de terre.


14/03/2017

WatchITgrow Un bond en avant révolutionnaire pour la filière belge de la pomme de terre !

WatchITgrow est une nouvelle plateforme de géoinformation développée pour le secteur de la pomme de terre en vue de mieux estimer et d’augmenter durablement la production belge de pomme de terre. Avec cet outil, les producteurs belges de pomme de terre ainsi que les négociants et organisations du secteur pourront bénéficier rapidement d’informations pertinentes et aisément compréhensibles sur la croissance de différentes variétés de pomme de terre. WatchITGrow est le fruit de 3 années de recherches sous le nom d’iPot. Le projet iPot a débuté en 2014 dans le cadre du programme de recherche STEREO III de la politique scientifique fédérale (BELSPO). WatchITGrow permet de mettre à disposition les résultats de cette recherche scientifique pour l’ensemble du secteur belge de la pomme de terre.

La valeur ajoutée de la télédéction pour le secteur agricole

WatchITGrow est la première plateforme combinant de la sorte différentes sources de données. De par la combinaison d’images satellitaires et issues de drones, de données météorologiques et édaphiques ainsi que de données de modélisation des rendements, le secteur de la pomme de terre peut disposer rapidement de données pertinentes sur une voire un ensemble de parcelles de pomme de terre.

Sur base de ces informations, il devient possible :

* D’obtenir un plus grand nombre d’informations précises sur la situation des parcelles de pomme de terre.

* De mieux suivre le développement de la culture à savoir sa croissance, son développement ainsi que son état sanitaire.

* De mettre en évidence au travers d’une carte la variabilité intra-parcellaire. - De garantir et améliorer les récoltes.

* D’évaluer en cours de saison de croissance la date de récolte et les rendements attendus.

* De réduire les pertes de production et de qualité.

La plateforme de géoinformation permet non seulement la centralisation de données externes mais également de données provenant de l’industrie de la pomme terre elle-même (comme par exemple les résultats de prélèvements pour la détermination du rendement et de la qualité). De par l’ensemble de ces informations, les utilisateurs peuvent ainsi aisément identifier les zones du territoire les plus productives ou celles où une variété se comportent le mieux ou moins bien de même qu’en identifier les causes.

WatchITgrow, le secteur de la pomme de terre et le monde de la recherche côte à côte

Après 3 années de recherches menées par des scientifiques de Flandre et de Wallonie (VITO, CRAW & ULg) en collaboration avec le secteur du négoce et de la transformation de la pomme de terre (Belgapom), la plateforme de géoinformation WatchITGrow voit enfin le jour. La plateforme a été mise en place pour le secteur de la pomme de terre en s’appuyant sur une contribution intensive du secteur lui-même. Les données et les connaissances du secteur ont permis aux chercheurs de mettre sur pied le système de suivi et contribuent à son amélioration en continu. Les données de terrain collectées saison après saison permettront ainsi d’améliorer l’outil en le rendant à chaque fois plus précis. Cet outil innovant peut également servir de base pour d’autres applications d’agriculture de précision comme par exemple celles liées à la prévention des maladies ou à la fertilisation. Les premiers jalons d’une interconnection avec le système Vegaplan d’enregistrement des parcelles ont également déjà été posés. Le point crucial réside dans le fait que le producteur, éventuellement en accord avec ses clients, reste propriétaire de ses données. 

Des infos supplémentaires : www.watchtigrow.be 


23/12/2016

Les bureaux du FVPhouse sont fermés entre Noel et le Nouvel An

Les bureaux du FVPhouse, dans lesquels le secrétariat de Belgapom est actif, sont fermés entre Noel et le Nouvel An. Le secrétariat sera de nouveau à votre disposition à partir du 3 janvier 2017.

Nous souhaitons à vous, votre famille et vos collaborateurs un joyeux Noel et un départ pétillant de 2017. 

Belgapom 


16/12/2016

Démenagement du secrétariat RUCIP à Bruxelles et nouveau RUCIP 2017 d'application on 1/1/2017

Le RUCIP est le règlement commercial pour le négoce intereuropéen de plants de pommes de terre et pommes de terre destinées à la consommation et contient également un chapitre dédié à l'expertise et l'arbitrage. Le secrétariat belge du RUCIP est assuré par Belgapom et mené par le délégué RUCIP belge Jos Muyshondt et le secrétaire Romain Cools.

Pour tous les contrats relatifs au négoce de pommes de terre, faisant référence au RUCIP dans leurs conditions, les parties renoncent à leur juridiction civile et souscrivent à la procédure d'expertise et d'arbitrage pour la résolution de potentiels litiges.

Les conditions mentionnées dans le règlement RUCIP sont cependant subsidiaires à celles stipulées dans le contrat, signifiant que les conditions spécifiques auxquelles les parties souscrivent ont priorité sur celles du règlement RUCIP.

Le 1e janvier 2017, le secrétariat européen du RUCIP quittera Paris pour s’installer à Bruxelles. Les nouvelles règles RUCIP seront d’application à partir de la même date.

Le comité européen RUCIP, composé de représentants d’Europatat, EUPPA et Intercoop, a validé la nouvelle version du RUCIP. Celle-ci sera connue sous le nom de « RUCIP 2017 ». Pour toutes les discussions ayant trait à des contrats signés après le 1e janvier 2017 et qui mentionnent RUCIP dans leurs conditions, seul le RUCIP 2017 sera d’application.

Les premières règles RUCIP datent de 1956 et furent établies par l’Union européenne du commerce de gros en pommes de terre, en définissant les coutumes professionnelles et en mettant en place une procédure simple et efficace pour l’expertise et l’arbitrage.

Le RUCIP a été modifié à plusieurs reprises (en 1972, 1986, 1993, 2000 et en 2006). Une révision importante a été réalisée et appliquée le 1e mars 2012.

Les modifications au sein du nouveau RUCIP 2017 ont uniquement trait au transfert du secrétariat européen RUCIP à Bruxelles et à la possibilité de prévoir des listes européennes d’experts et d’arbitres pour les pays ne disposant pas d’un secrétariat national RUCIP. Tant le transfert du secrétariat que les nouvelles règles RUCIP entrent en vigueur le 1e janvier 2017.

Le nouveau RUCIP 2017 sera disponible en anglais, en français et en allemand sur le nouveau site web du RUCIP (www.rucip.eu), tout comme sur le site d’Europatat (www.europatat.eu). Les versions néerlandaise et française pourront être consultées sur le site web de Belgapom, dès qu’elles seront disponibles.


02/12/2016

Un cadeau de Noel originel ? Le livre sur la pomme de terre en Belgique à un prix réduit !

Le livre « La pomme de terre en Belgique, pays de la frite » est fortement prisé par les professionnels de la pomme de terre au niveau international. Il est actuellement traduit en chinois à la demande de ce pays qui a redécouvert la pomme de terre.

Le livre relate l’histoire passionnante de la pomme de terre en Belgique et partout dans le monde. Il présente également la production, le négoce et la transformation de la pomme de terre sans oublier l’aspect culinaire et la culture du fritkot. Pour terminer, le livre jette un regard sur l’avenir, qui commence aujourd’hui.

Le livre – édité par Belgapom – est actuellement en vente sur le site internet de Belgapom au prix de 19,95 euros (au lieu de 29,95 euros, soit une remise de 33%).

 


02/11/2016

Epaule contre épaule avec les producteurs de Coopagros au Pérou !

Après une collaboration réussie avec TRIAS et différents autres partenaires pour réalier une cooperative professionnelle de la pomme de terre dans les montagnes des Andes en Equateur, on a lancé "Chuño Coalicion" un projet semblable pour aider Coopagros, une cooperative de la pomme de terre au Pérou.

Suite aux changements climatiques ces producteurs ont de grandes difficultés pour produire leur "chuños", une sorte de pommes de terre lyophilisées, basées sur une tradition depuis des siècles.  

Ensembe avec l'ONG belge TRIAS, le VTI et VLTI Saint-Rembert et le Rotary de Torhout et ILVO (centre de recherche agricole flamand), Belgapom aide ces producteurs de pommes de terre dans les Andes Péruviennes pour construire une 'chambre froide' qui doit leur permettre de produire et commercialiser des chuños. 

Les étudients du VTI et VLTI Torhout présenteront leur projet lors du salon international de la pomme de terre Interpom Primeurs (27-29 Novembre 2016) à Courtra XPO. 

Plus d'informations sont disponibles dans le dépliant sur le site de Belgapom accessible via le 'banner'. 


22/08/2016

A partir de 2016-2017 : la cotation hebdomadaire Belgapom des variétés Challenger et Fontane s’ajoutent à celles de la Bintje.

La cotation Belgapom subit un changement important à partir de la saison 2016-2017 : la cotation hebdomadaire + l’ambiance du marché des variétés Challenger et Fontane s’ajoutent à celles de la Bintje.

Belgapom, la fédération belge du négoce et de la transformation de la pomme de terre, publie chaque semaine la cotation de la variété Bintje pour les pommes de terre de conservation ainsi que celle de plusieurs variétés de pommes de terre primeurs. Depuis 2000, ce suivi des prix sur le marché libre est assuré par la commission des prix de Belgapom. L’ambiance du marché est également reflétée dans la cotation, qui est ainsi devenue, au niveau mondial, un indicateur important de l’évolution du marché libre des pommes de terre à destination du secteur des frites dans notre pays.

Jusqu’à présent, Belgapom s’était limitée à la variété Bintje pour une raison évidente : depuis plusieurs décennies, cette variété représente plus de la moitié de la production de pommes de terre en Belgique. La Bintje étant commercialisée à grande échelle sur le marché libre à destination du marché belge des frites surgelées, sa cotation hebdomadaire ne pose aucun problème. Cela n’était pas le cas pour plusieurs autres variétés, qui faisaient principalement l’objet de cultures contractuelles et n’étaient que sporadiquement commercialisées sur le marché libre.

Entre-temps, l’industrie belge de la transformation de la pomme de terre – et en particulier le secteur des frites surgelées – est devenu un producteur important et un exportateur mondial de pommes de terre transformées. La croissance spectaculaire de ces 25 dernières années a également provoqué des glissements dans la culture de la pomme de terre. La part des pommes de terre contractuelles est devenue de plus en plus importante, et la Bintje doit désormais partager sa position dominante sur le marché libre avec d’autres variétés. Depuis quelques années, la commission des prix de Belgapom reprend également une observation des prix les plus courants des variétés Challenger et Fontane dans sa cotation hebdomadaire. Ces deux variétés ayant entre-temps considérablement agrandi leurs parts de marché, leur cotation hebdomadaire est désormais possible.

A partir de la saison 2016 – 2017, la cotation Belgapom comprendra trois volets, chacun complété par l’ambiance du marché en question: Bintje, Challenger et Fontane.

La définition de la cotation Belgapom est adaptée comme suit : « La cotation Belgapom est le prix le plus fréquent constaté le jour précédent pour Bintje, Challenger et Fontane, destinées à la transformation en produits de pommes de terre surgelés, tout-venant 35 mm+, fritable, départ producteur, en vrac sur camion, pour livraison/enlèvement immédiat. »

Pour chacune de ces trois variétés, la cotation sera accompagnée d’un graphique qui, à l’instar de la Bintje, fait référence à la variation des prix contractuels de ces trois variétés.

Comme par le passé, la cotation sera déterminée le vendredi matin et sera disponible sur le site internet de Belgapom à partir de 9 h.

De cette manière, Belgapom entend présenter une image claire de la situation du marché libre des pommes de terre à destination du secteur des frites surgelées en Belgique tout en répondant à la demande d’informations complètes et correctes de la part de tous les opérateurs concernés.


05/07/2016

INTERPOM | PRIMEURS 2016 : Plus grande édition jamais organisée ... Plus grand salon de la pomme de terre indoor au monde

Growing through precision technology’ devient le thème du salon
La 18ème édition d’INTERPOM | PRIMEURS se déroulera à Kortrijk Xpo (Belgique) du dimanche 27 au mardi 29 novembre 2016. INTERPOM | PRIMEURS est le salon indoor le plus spécialisé d’Europe à l’intention du secteur de la pomme de terre, des fruits et des légumes (PTFL). L’ensemble de la chaîne y est représenté: de la culture à la transformation et à la commercialisation. Le salon professionnel ne cesse de grandir et de s’internationaliser, et l’édition 2016 sera la plus grande de tous les temps. INTERPOM | PRIMEURS est, de ce fait, le plus grand salon indoor de la pomme de terre au monde, LA plate-forme par excellence où suivre les dernières évolutions du marché & innovations. Cette édition 2016, qui englobera tout le complexe d’exposition de Kortrijk Xpo – avec une extension supplémentaire dans la Rambla, aura pour thème ‘Growing through precision technology’.

Extension supplémentaire dans la Rambla après épuisement de la superficie disponible dans les halls

Les éditions précédentes d’INTERPOM | PRIMEURS se sont toujours terminées par des chiffres en forte hausse. Lors de sa dernière édition, le salon réunit 278 exposants venant de 16 pays (+ 7,7%) et dépassa toutes les attentes avec ses 19.529 visiteurs (+ 10,5%) venus de 41 pays de par le monde. Cette tendance positive se poursuit. A 5 mois de son ouverture, le salon compte déjà autant d’exposants qu’en 2014. Afin de répondre aux demandes de participation supplémentaires, l’organisation a décidé de créer une nouvelle superficie de stands dans la Rambla, la zone de transit entre les différents halls. Tout porte donc à croire que la superficie totale comptera 1.000 m² de plus qu’en 2014 ! INTERPOM | PRIMEURS répond ainsi clairement aux attentes: les enquêtes menées auprès des visiteurs à l’issue de la dernière édition révèlent que 97% d’entre eux se rendront également à l’édition 2016. Quant au score de recommandation, il s’élevait alors à 8,4/10.

‘Growing through precision technology’ devient le thème d’INTERPOM | PRIMEURS 2016

L’édition précédente s’était axée sur le thème ‘Together for sustainable growth’. Un thème que l’organisation tient à développer davantage cette année en mettant l’accent sur l’agriculture de précision. En choisissant le slogan ‘Growing through precision technology’, elle se focalise sur une croissance durable par le biais du progrès technologique dans l’ensemble de la chaîne. Gérer l’entreprise agricole de manière plus efficace grâce à une application intelligente de la technologie disponible se traduit concrètement par une agriculture durable. Songeons, notamment, aux tracteurs à commande GPS, aux cartes numériques des sols et des cultures, aux détecteurs placés dans le sol ou entre les cultures, aux drones et aux satellites pour les observations à partir de l’air ou de l’espace, aux applications mécaniques, etc.

Dans le volet transformation et commerce, le principe du ‘mesurer, c’est savoir’ garantit, ici aussi, une efficacité accrue, des pertes moins importantes et donc un rendement plus élevé.

Les exposants proposant une technologie de ‘précision’ seront particulièrement mis à l’honneur à INTERPOM | PRIMEURS.

Le salon présentera également le projet IPot. Il s’agit d’une plate-forme innovante destinée à augmenter la production belge de la pomme de terre. Dans le cadre de ce projet, des chercheurs de Flandre et de Wallonie (VITO, CRA-W et ULg) collaborent avec le commerce et la transformation de pommes de terre (via Belgapom) pour créer une plate-forme de géo-information basée sur le web et sur des images produites par satellite. Toutes les données disponibles sur la culture de la pomme de terre y seront réunies. L’utilisation de ces géo-informations objectives devrait, à terme, permettre au secteur d’augmenter la production de pommes de terre de manière durable.

En dehors des applications concrètes que les visiteurs découvriront dans les stands, nous prévoyons aussi des séminaires axés sur la thématique du salon. Le programme comprendra de courtes sessions interactives de 20 minutes dans le salon même. Cette initiative a pour objectif de faire découvrir aux cultivateurs de notre secteur ce que ‘Growing through precision techonology’ peut apporter à leur entreprise.

Nouveau: enregistrement des visiteurs & tickets en ligne

Tout comme pour les autres salons, les visiteurs d’INTERPOM | PRIMEURS devront, dorénavant, s’inscrire au préalable sur le site www.interpom-primeurs.be pour acheter leur ticket d’entrée. Les détenteurs d’une carte d’invitation gratuite ou de réduction devront, eux aussi, se préinscrire au moyen du code mentionné sur leur invitation. Après l’enregistrement (et le paiement si d’application), le visiteur obtiendra un e-ticket avec code à barres. Seul document d’entrée valable, celui-ci sera scanné à l’entrée du salon. Les tickets en ligne seront disponibles à partir du mois d’août.

Remise de l’Inno Potato Award à INTERPOM | PRIMEURS

La quatrième édition de l’Inno Potato Award récompense, sur base d’un concours, l’application d’innovations dans l’entreprise agricole. Après avoir été sélectionnés par un jury professionnel, des cultivateurs de pommes de terre flamands et wallons présenteront les innovations qu’ils ont développées à leurs collègues du secteur. Les noms des lauréats et leurs projets seront révélés à la fin du mois d’octobre sur www.innopotato.be. Le jury professionnel accorde 50% du total des points, les visiteurs d’INTERPOM | PRIMEURS décideront des 50% restants au cours des deux journées de salon. La remise des prix se tiendra le mardi 28 novembre à 13h, dans le hall 6 de Kortrijk Xpo, en présence des ministres régionaux de l’agriculture.

Plate-forme dynamique pour l’échange d’informations

Au départ de Kortrijk (Xpo), le salon professionnel s’inscrit dans un marché PTFL dynamique en pleine expansion. INTERPOM | PRIMEURS est LE lieu par excellence où établir et renforcer ses contacts avec les collègues et fournisseurs de Belgique et de l’étranger, où échanger des idées et où partager des informations dans un secteur plein d’avenir. Un rendez-vous à noter dès maintenant dans son agenda !

INTERPOM | PRIMEURS est une initiative de Belgapom, l’organisation professionnelle reconnue du commerce et de la transformation de la pomme de terre en Belgique. L’organisation pratique est aux mains de Kortrijk Xpo.


09/03/2016

La frite belge à la conquête du monde ! L’industrie belge de la transformation de la pomme de terre poursuit une surprenante croissance en 2015.

La surprenante tendance à la croissance de ces dernières décennies s’est poursuivie en 2015 pour l’industrie belge de la transformation de la pomme de terre.

En 2015, un peu moins de 4 millions de tonnes de pommes de terre ont été transformées en frites réfrigérées ou surgelées, en produits à base de purée, en chips, en pommes de terre précuites, en flocons et en granulats. Avec 3.970.595 tonnes de pommes de terre transformées, le secteur enregistre une croissance de 4,4% par rapport à 2014.

Dans le bilan annuel de Belgapom, force est de constater que les secteurs belges du négoce et de la transformation de la pomme de terre affichent une augmentation continue de leurs investissements, avec € 167.207.415 (+ 44,7%), ce qui représente un montant record en termes d’investissements. Et avec le développement prévu du secteur dans les années à venir, il est peu probable que cette tendance s’inverse.

La croissance se manifeste surtout dans la production de frites surgelées

(+5,3%) et réfrigérées (+2%), et le volume des autres produits (croquettes de pommes de terre, chips, flocons et autres) a lui aussi augmenté (+1,3%).

Après de nombreuses années de croissance dans l’emploi, 2015 a connu une stagnation. La tendance à l’automatisation poussée se confirme donc.

Cette croissance de l’industrie belge de la transformation de la pomme de terre s’inscrit dans le cadre de la demande mondiale de pommes de terre transformées. La pomme de terre est de plus en plus considérée comme un aliment de base.

Le fait que cette source d’hydrates de carbone, de vitamine C et de potassium puisse être cultivée avec moins de terre et d’eau que les céréales et le riz rend la pomme de terre populaire dans des pays qui la snobaient jusqu’alors.

La production de pommes de terre dans les pays en voie de développement augmente fortement, et de ce fait, la demande de produits à base de pomme de terre conviviaux suit le mouvement. Le gouvernement chinois a par exemple annoncé début 2015 que la pomme de terre allait de plus en plus remplacer le riz et les nouilles dans l’assiette, et cette tendance s’observe également en Inde.

La chaîne belge de la pomme de terre repose sur une riche tradition de culture de la pomme de terre, mais aussi du fritkot.

Notre pays se trouve au beau milieu de la zone de culture européenne de la pomme de terre, et peut compter sur des producteurs compétents, qui cultivent des pommes de terre de grande qualité en vue d’une transformation en frites, en chips ou en d’autres produits.

La chaîne belge de la pomme de terre est constituée de nombreuses entreprises familiales actives dans le négoce, la fourniture et la transformation. Cette dynamique sera une fois encore mise à l’honneur du 27 au 29 novembre 2016, à l’occasion d’Interpom Primeurs, le salon international de la pomme de terre, au Kortrijk XPO.

Ce secteur traditionnel mais malgré tout jeune dans la chaîne agroalimentaire belge a été illustré par Belgapom dans le livre « La pomme de terre en Belgique, le pays de la frite » édité l’année passée.

Ensemble pour une croissance durable

La croissance de la chaîne belge de la pomme de terre permet à l’industrie de la transformation, mais aussi aux producteurs et aux entreprises de fourniture de services et de marchandises de se développer sous forme de cluster.

Dans cette optique, le projet « Ensemble pour une croissance durable » initié par Belgapom occupe une place centrale. Ce projet essaie de guider l’ensemble de la chaîne vers une croissance optimale, mais surtout durable.

En collaboration avec d’autres partenaires de la chaîne et avec des centres de recherche et de pratique belges, Belgapom a également misé sur des projets intéressants, comme le projet Reskia (inhibition de germination pauvre en résidus), Bintje Plus (une Bintje résistante au phythophthora) et Ipot (une application internet capable de suivre la croissance des pommes de terre via satellite).

James Bint, with a license to fry.

Belgapom et ses entreprises mettent tout en œuvre pour développer, sur le plan mondial, l’image des « real Belgian fries ». Dans aucun autre pays au monde, la consommation de frites n’est aussi ancrée dans la culture que chez nous. Même la chancelière Merkel s’est récemment échappée quelques instants d’un sommet européen pour aller chercher des frites dans une friterie bruxelloise. James Bint, un personnage de bande dessinée disposant d’une « license to fry » sera lui aussi l’ambassadeur des frites belges dans les années à venir. En 2016, une campagne est prévue en collaboration avec les friteries belges pour faire mieux connaître James Bint. L’action très réussie au fritkot du pavillon belge lors de l’Exposition universelle de Milan connaîtra une suite sous la forme d’actions promotionnelles dans le monde entier. James Bint sera également présent lors de la mission commerciale princière en Indonésie, la semaine prochaine.

Comme le dit food.be : Belgium, small country, great food … à commencer par le chocolat, les bières… et les frites !


15/06/2015

Le livre « La pomme de terre en Belgique, le pays de la frite » est maintenant disponible!

Belgapom, qui représente les secteurs belges du négoce et de la transformation de la pomme de terre, et la maison d’édition Canalazzo ont réalisé ensemble le superbe livre « La pomme de terre en Belgique, le pays de la frite ».

Le livre offre un aperçu de l’histoire de la pomme de terre en Belgique et aborde entre autres ses origines chez les Incas au Pérou, la culture ‘fritkot’, les meilleurs chefs belges, l’exportation aux quatre coins du monde des produits surgelés à base de pommes de terre et les projets d’avenir de ce secteur dynamique. Chacun des maillons de la filière y trouve sa place.

Sa Majesté la Reine Mathilde a reçu le premier exemplaire du livre lors de sa visite à l’Exposition universelle de Milan, où une place de choix est réservée à la frite dans le pavillon belge avec la présence d’une friterie qui connaît un franc succès et la nouvelle campagne axée autour du personnage de James Bint.

Le livre contient également de nombreuses illustrations et des témoignages de tous horizons.

Le livre est disponible en français, en néerlandais et en anglais chez Belgapom au prix de 29,95 € + frais de port.

Aucune bibliothèque d’aucun professionnel ou amateur de la pomme de terre ne sera jamais complète sans ce livre.


08/06/2015

Les frites belges volent la vedette dans le pavillon belge à l’Exposition Universelle de Milan !

My name is Bint, James Bint, and I have a licence to fry !

C’est avec ces quelques mots que chaque jour, les milliers d’amateurs de la frite belge sont accueillis à la friterie du pavillon belge de l’Exposition Universelle de Milan.

Ce pavillon se porte d’ailleurs très bien, avec en moyenne 10.000 visiteurs quotidiens venus découvrir les délices de notre pays. Le slogan « Food.be, small country, great food » est omniprésent dans le pavillon… Et à juste titre. La friterie attire beaucoup de monde : au prix démocratique de 4 euros, le visiteur reçoit un paquet de « véritables frites belges » de 330 grammes, avec une sauce au choix. Chaque jour, plus d’une tonne de frites sont vendues par les spécialistes formés par l’Unafri. Soit entre 1.500 et 2.000 paquets !

Même les médias italiens en parlent !

Une réussite pour les partenaires de ce projet, et donc pour tout le secteur de la pomme de terre. En témoignent d’ailleurs les nombreux selfies sur le site www.jamesbint.be.